Écoute_Antoine_Bareil.png

Les disques favoris d'Antoine Bareil

Violon solo de l'Orchestre symphonique de Laval

ear-vector-icon.gif

Miles Davis, Bitches Brew

Columbia (1969)

CitationOSL_public_noir.png

Le chef-d’oeuvre de Miles Davis, avec les meilleurs improvisateurs du moment. La perfection à tous points de vue.

Steve Reich, Drumming

Deutsche Grammophon (1974)

CitationOSL_public_noir.png

Le rythme à l’état pur. Un des incontournables de la musique minimaliste, une oeuvre qui a fait école. À noter qu’à l’époque, aucun 33 tours ne pouvait contenir la pièce complète! Ce n’est qu’en 1996 qu’une édition sur 2 CDs a finalement vue le jour. 

Frank Zappa, One Size Fits All

Zappa Records (1975)

CitationOSL_public_noir.png

L’âge d’or de Frank Zappa, avec un groupe de feu. Des compositions sans filtres, de l’inventivité sans bornes, des textes absurdes. Le bonheur!

Arvo Pärt, Tabula Rasa

Lithuanian Chamber Orchestra

ECM (1984)

CitationOSL_public_noir.png

Un disque qui a accompagné les moments plus difficiles de mon adolescence. Tristesse, pureté et douceur font ici office de baume sur toutes les plaies.

John Adams, Harmonielehr

San Francisco Symphony

Edo de Waart, chef

Nonesuch (1985)

J’ai joué cette oeuvre avant de l’écouter sur disque, et je n’ai plus jamais été le même par la suite. Une très, très grande symphonie.

CitationOSL_public_noir.png

René Lussier, Le trésor de la langue

Ambiances Magnétiques (1989)

CitationOSL_public_noir.png

Comment classer cette oeuvre? En ne la classant pas! « Le trésor de la langue » fêtait récemment ses 30 ans, et demeure aujourd’hui une oeuvre actuelle et pertinente. Fait amusant, Maestro Trudel y joue du trombone!

François Pérusse, L’Album du peuple, Tome 2

Zéro Musique (1992)

CitationOSL_public_noir.png

Pour sa folie, mais aussi pour sa musique au sens large. François Pérusse est avant tout un musicien de grand talent.

Stravinsky, Pétrouchka, Le Sacre du printemps

Deutsche Grammophon (1992)

The Cleveland Orchestra

Pierre Boulez, chef

CitationOSL_public_noir.png

Ma version de référence du Sacre, parce que c’est la première que j’ai écoutée en boucle. Stravinsky, le seul et unique. Indémodable.

Kronos Quartet, Short Stories

Nonesuch (1993)

CitationOSL_public_noir.png

Un petit bijou, avec des compositions d’entre autres John Zorn, Steven Mackey et Scott Johnson. J’ai eu la chance de collaborer avec Steven Mackey il y a de cela quelques années et je n’en reviens pas encore. 

John Zorn, Naked City - Absinthe

Disk Union (1993)

CitationOSL_public_noir.png

Un autre disque qui m’a remis les pendules à l’heure. Du bruitisme violent, des créations sans détour -  pour les oreilles averties seulement…

Frank Zappa, Civilization Phase III

Zappa Records (1994)

La dernière véritable oeuvre de Frank Zappa, parue un peu moins d’un an après la mort de mon idole de jeunesse. Pour les amateurs de musique électronique qui laisse perplexe et qui dérange un peu.

CitationOSL_public_noir.png

Claude Vivier, Zipangu

Philips (1996)

Schönberg Ensemble

Asko Ensemble

Reinbert de Leeuw, chef

Les oeuvres du compositeur Québécois Claude Vivier comme il était temps qu’on les entende. Selon moi, une référence pour chacune des pièces présentées. Mention spéciale à «Zipangu» pour 13 cordes, qui demeure une de mes compositions préférées.

CitationOSL_public_noir.png

Radiohead, Kid A

EMI (2000)

Je me souviens comme si c’était hier d’avoir entendu les 5 premières notes de «Everything In Its Right Place», la première pièce du disque, et sentir être marqué au fer rouge. On aime ou on déteste, il n’y a pas d’entre-deux. Moi j’adore.

CitationOSL_public_noir.png

King Crimson, The Power To Believe

EMI (2003)

Voici un des rares groupes a avoir su se réinventer au fil du temps. Fondé en 1968 et toujours actif aujourd’hui, ce dernier opus original m’avait une fois de plus beaucoup impressionné. Pour ceux qui cherchent encore ce que la musique progressive a de bon à offrir !

CitationOSL_public_noir.png

Brian Eno, Lux

Warp Records (2012)

Découvert sur le tard, alors que je cherchais la musique de voiture idéale pour me permettre de m’évader, ailleurs que dans l’analyse de la musique qui entrait dans mes oreilles. Brian Eno a pratiquement inventé la musique dite “de relaxation” avec «Discreet Music» en 1975, et il demeure un des rares à en produire qui ne soit pas - pardonnez-moi l’expression - quétaine!

CitationOSL_public_noir.png